Allaiter après 6 mois : Quels sont les avantages?

Lorsque votre bébé commence à manger des aliments solides, vous pensez peut-être qu'il n'a plus besoin de lait maternel. Cependant, l'allaitement après six mois présente de nombreux avantages pour vous deux.

Breastfeeding beyond six months

Est-il toujours aussi important d'allaiter une fois que vous avez atteint l'étape des six mois? Combien de temps devez-vous continuer? Les réponses vous surprendront peut-être, car les autres avantages de l'allaitement pour la santé et le développement (que les aliments solides et autres laits ne peuvent offrir) sont souvent sous-estimés.

Combien de temps devrais-je allaiter?

L'Organisation mondiale de la Santé recommande d'allaiter jusqu'à deux ans ou au-delà, et cela s'applique aux familles du monde entier, pas uniquement dans les pays en développement.1

« On notera que l'OMS n'a pas fixé de durée d'allaitement maximale »,2 déclare le Dr Leon Mitoulas, directeur des recherches sur l'allaitement chez Medela. « D'un point de vue anthropologique, la durée d'allaitement optimale se situe entre deux ans et demi et sept ans.3 Toutefois, aujourd'hui, les normes culturelles entraînent généralement un sevrage à un âge bien plus précoce. »

Les recommandations de l'OMS s'appuient sur une récente augmentation des recherches sur les 1 000 premiers jours d'un enfant, de la conception au deuxième anniversaire.4 Le Dr Mitoulas explique : « Des scientifiques ont découvert qu'une alimentation appropriée et d'autres facteurs avaient un impact très profond sur la croissance et la santé à long terme pendant cette période. Des éléments démontrent sans équivoque que l'allaitement est le plus bénéfique pendant cette période cruciale de 1 000 jours.

« L'allaitement peut être considéré comme un aliment, un médicament et un signal en même temps »,5 ajoute-t-il. « Et ce triple avantage s'étend certainement au-delà de deux ans. »

Aliment : avantages nutritionnels d'un allaitement prolongé

Lorsque votre bébé commence à manger des aliments solides vers six mois, vous pourriez penser que votre lait maternel n'est qu'une boisson en complément. En réalité, c'est tout le contraire. Votre bébé n'absorbera qu'une infime portion de ses calories et nutriments grâce aux aliments solides au début.

« Indéniablement, la meilleure solution pour les bébés est l'allaitement exclusif pendant ses six premiers mois. Mais même après avoir commencé à manger des aliments complémentaires, le lait maternel reste très important sur le plan nutritionnel », affirme le Dr Mitoulas.

Lorsqu'il est exclusivement allaité, un bébé consomme généralement 750 à 800 ml de lait chaque jour. De neuf à 12 mois, il peut encore prendre environ 500 ml par jour, ce qui lui fournit environ la moitié de ses calories quotidiennes. À 18 mois, il prendra probablement environ 200 ml par jour, ce qui équivaut à environ 29 % de son apport calorique.6

Il est vrai qu'à partir de six mois, votre bébé a besoin d'autres aliments contenant des nutriments qu'il n'obtient pas avec le lait maternel ou en puisant dans ses propres réserves, notamment du fer, du zinc et des vitamines B et D.1,7 Mais même pendant sa deuxième année, le lait maternel lui apporte des quantités significatives d'autres nutriments clés, comme l'explique le Dr Mitoulas :

« À ce stade, le lait maternel apporte environ 43 % des protéines au bébé, 60 % de sa vitamine C, 75 % de sa vitamine A, 76 % de son acide folique et 94 % de sa vitamine B12. »8

Médicament : avantages pour la santé de l'allaitement après six mois

Il a été prouvé que continuer à allaiter après six mois réduisait les risques de maladies pendant l'enfance et à l'âge adulte et, si votre bébé tombe malade, l'allaitement l'aidera à récupérer plus rapidement. Plus vous continuerez à allaiter, plus la protection durera.

L'allaitement protège votre bébé des infections et maladies, au point d'être considéré comme un « médicament personnalisé », avec des effets potentiels tout au long de la vie », déclare le Dr Mitoulas.

Par exemple, il a été prouvé qu'allaiter au-delà de six mois protégeait votre bébé contre certains cancers infantiles, notamment la leucémie aiguë lymphoblastique et le lymphome hodgkinien,9 et réduisait les risques de développer un diabète de type 1 et 2,10 ainsi que des problèmes de vue11 et dentaires,12 et de devenir obèse. »13

Votre lait maternel peut également réduire le risque de diarrhée et de maladie de votre bébé,14 par exemple, gastroentérite, rhume, grippe, candidose et infection des oreilles, de la gorge et des poumons.9,15 Cela se révélera particulièrement utile, lorsque, en grandissant, il commencera à interagir avec d'autres enfants ou à aller à la garderie où les microbes prolifèrent.

L'allaitement peut aussi lui sauver la vie, comme le souligne le Dr Mitoulas : « Les conséquences de l'absence d'allaitement entre six et 23 mois peuvent être catastrophiques dans les pays à faibles et moyens revenus. Dans ces pays, les bébés non allaités présentent deux fois plus de risques de mourir d'une infection que les bébés allaités, même partiellement. »16

L'allaitement n'est pas uniquement un apport des bienfaits de votre lait. C'est également une manière formidable de soigner et de calmer votre bébé. Rien de tel qu'une séance d'allaitement avec maman pour calmer un nourrisson contrarié. À mesure que votre bébé grandit, la tétée aide votre bébé à tout affronter, de la poussée dentaire et des vaccins, aux coups et égratignures inévitables, en passant par les virus. De nombreuses mères assimilent l'allaitement à une « baguette magique ».

Des signaux : Avantages accrus

La proximité avec votre bébé répond instantanément à ses besoins et les contacts visuels envoient également des signaux entre vous. Les scientifiques pensent que cela pourrait avoir une influence sur de nombreux aspects du développement de votre enfant, de son appétit à ses résultats scolaires. Plus longtemps vous allaitez, plus les résultats seront positifs.

Le lait maternel contient des milliers de molécules actives », explique le Dr Mitoulas. « Ces molécules varient et vont des enzymes favorisant la digestion des graisses17 et des hormones régulant l'appétit,18 aux molécules immunitaires qui contribuent au développement du système immunitaire.19

Savez-vous que le lait maternel est véritablement vivant? Chaque jour, votre bébé absorbe des millions, voire des milliards, de cellules vivantes,20 car chaque millilitre de votre lait en contient des milliers, notamment des cellules souches »,21 poursuit-il. « Chacune de ces cellules a une fonction spécifique pour préserver la santé de votre bébé, et des recherches sont en cours pour découvrir exactement comment ces composants bénéficient à un nourrisson en cas d'allaitement à long terme. »

Ce que nous savons déjà, c'est que l'allaitement prolongé a un impact positif sur le QI d'un enfant. Des études démontrent que les enfants allaités ont trois points de QI de plus que les enfants n'ayant jamais été allaités.22

L'allaitement après six mois a même été lié à une réduction des problèmes comportementaux chez les enfants d'âge scolaire23 et à une amélioration de la santé mentale chez les enfants et les adolescents.24

Ne devrais-je pas passer au lait artificiel après six mois?

Les messages publicitaires sur les emballages peuvent être convaincants, mais aucun lait n'est meilleur pour votre bébé que le vôtre.

Aucun lait artificiel ne contient les anticorps, cellules vivantes, facteurs de croissance, hormones ou bactéries utiles, ni même les divers enzymes, acides aminés et micronutriments contenus dans le lait maternel.25 Votre lait s'ajuste pour fournir à votre bébé davantage d'anticorps luttant contre les infections et de globules blancs lorsqu'il est malade,26 ce dont le lait artificiel est incapable. Lisez Lait maternel ou lait artificiel : sont-ils similaires? pour en savoir plus.

Allaitement après six mois : Avantages pour la maman

L'allaitement prolongé est aussi formidable pour vous que pour votre bébé. En continuant à allaiter au-delà de six mois, vous réduisez le risque de développer une maladie cardiaque,27 un diabète de type 228 et un cancer du sein,29 des ovaires30 et de l'utérus31 au cours de votre vie. » Et les règles des mères qui allaitent ne reviennent pas avant de longs mois, parfois pas avant deux ans.32

« Le souhait de retrouver leur poids d'avant la grossesse est très important pour de nombreuses mamans », avance le Dr Mitoulas. « Une étude montre que l'indice de masse corporelle (IMC) d'une mère diminue de 1 % à chaque période d'allaitement de six mois. »24

Sans oublier qu'après six mois, l'allaitement est très pratique. Vos seins produisent la bonne quantité de lait et vous n'avez pas besoin de nettoyer un équipement ou d'emporter quoi que ce soit lorsque vous sortez. Comme vous le constaterez, vous n'allaiterez plus qu'à des heures appropriées pour votre emploi du temps, notamment avant le travail, après la garderie et au coucher. Et même si vous reprenez le travail, vous pouvez utiliser un tire-lait pour exprimer du lait pour votre bébé afin qu'il puisse continuer à profiter de ses avantages.

Avec autant d'avantages scientifiquement prouvés, il n'est peut-être pas surprenant que de plus en plus de mamans choisissent de pratiquer l'allaitement naturel ou complet, et laissent leur enfant décider du moment du sevrage.

Références

1 World Health Organization. Health topics: Breastfeeding [Internet]. Geneva, Switzerland: WHO; 2018 [Accessed: 26.03.2018]. Available from: http://www.who.int/topics/breastfeeding/en/

2 Innocenti Research Centre. 1990–2005 Celebrating the Innocenti Declaration on the protection, promotion and support of breastfeeding: past achievements, present challenges and the way forward for infant and young child feeding. Florence: United Nations Children’s Fund; 2005. 38 p.

3 Dettwyler KA. When to wean: biological versus cultural perspectives. Clin Obstet Gyecol. 2004;47(3):712-723.

4 1,000 Days. [Internet] Washington DC, USA; 2018. Available from: https://thousanddays.org

5 TED. TEDWomen: What we don’t know about mother’s milk [Internet]. New York, NY, USA: TED Conferences LLC; 2016. [Accessed 26.03.2018]. Available from www.ted.com/talks/katie_hinde_what_we_don_t_know_about_mother_s_milk/reading-list

6 Kent JC et al. Breast volume and milk production during extended lactation in women. Exp Physiol. 1999;84(2):435-447.

7 Kuo AA et al. Introduction of solid food to young infants. Matern Child Health J. 2011;15(8):1185-1194.

8 Dewey, KG. Nutrition, growth, and complementary feeding of the breastfed infant. Pediatr Clin North Am. 2001;48(1):87-104.

9 Bener A et al. Does prolonged breastfeeding reduce the risk for childhood leukemia and lymphomas? Minerva Pediatr. 2008;60(2):155-161.

10 Poudel RR, Shrestha D. Breastfeeding for diabetes prevention. JPMA. J Pak Med Assoc. 2016;66(9 Suppl 1):S88-90.

11 Singhal A et al. Infant nutrition and stereoacuity at age 4–6 y. Am J Clin Nutr. 2007;85(1):152-159.

12 Peres KG et al. Effect of breastfeeding on malocclusions: a systematic review and meta‐analysis. Acta Paediatr. 2015;104(S467):54-61.

13 Horta BL et al. Long‐term consequences of breastfeeding on cholesterol, obesity, systolic blood pressure and type 2 diabetes: a systematic review and meta‐analysis. Acta Paediatr. 2015;104(S467):30-37.

14 Howie PW et al. Protective effect of breast feeding against infection. BMJ. 1990;300(6716):11-16.

15 Ladomenou F et al. Protective effect of exclusive breastfeeding against infections during infancy: a prospective study. Arch Dis Child. 2010;95(12):1004-1008.

16 Sankar MJ et al. Optimal breastfeeding practices and infant and child mortality: a systematic review and meta‐analysis. Acta paediatr. 2015;104(S467):3-13.

17 Lönnerdal B. Bioactive proteins in breast milk. J Paediatr Child Health. 2013;49(S1):1-7.

18 Gridneva Z et al. Effect of human milk appetite hormones, macronutrients, and infant characteristics on gastric emptying and breastfeeding patterns of term fully breastfed infants. Nutrients. 2016;9(1):15.

19 Field CJ. The immunological components of human milk and their effect on immune development in infants. J Nutr. 2005;135(1):1-4.

20 Hassiotou F, Hartmann PE. At the dawn of a new discovery: the potential of breast milk stem cells. Adv Nutr. 2014;5(6):770-778.

21 Cregan MD et al. Identification of nestin-positive putative mammary stem cells in human breastmilk. Cell Tissue Res. 2007;329(1):129-136.

22 Victora CG et al. Breastfeeding in the 21st century: epidemiology, mechanisms, and lifelong effect. Lancet. 2016;387(10017):475-490.

23 Heikkilä K et al. Breast feeding and child behaviour in the Millennium Cohort Study. Arch Dis Child. 2011;96(7):635-642.

24 Oddy WH et al. The long-term effects of breastfeeding on child and adolescent mental health: a pregnancy cohort study followed for 14 years. J Pediatr. 2010;156(4):568-574.

25 Ballard O, Morrow AL. Human milk composition: nutrients and bioactive factors. Pediatr Clin North Am. 2013;60(1):49-74.

26 Hassiotou F et al. Maternal and infant infections stimulate a rapid leukocyte response in breastmilk. Clin Transl Immunology. 2013;2(4):e3.

27 Peters SA et al. Breastfeeding and the risk of maternal cardiovascular disease: a prospective study of 300 000 Chinese women. J Am Heart Assoc. 2017;6(6):e006081.

28 Horta BL et al. Long‐term consequences of breastfeeding on cholesterol, obesity, systolic blood pressure and type 2 diabetes: a systematic review and meta‐analysis. Acta Paediatr. 2015;104(S467):30-37.

29 Collaborative Group on Hormonal Factors in Breast Cancer. Breast cancer and breastfeeding: collaborative reanalysis of individual data from 47 epidemiological studies in 30 countries, including 50 302 women with breast cancer and 96 973 women without the disease. Lancet. 2002;360(9328):187-195.

30 Li DP et al. Breastfeeding and ovarian cancer risk: a systematic review and meta-analysis of 40 epidemiological studies. Asian Pac J Cancer Prev. 2014;15(12):4829-4837.

31 Jordan SJ et al. Breastfeeding and endometrial cancer risk: an analysis from the epidemiology of endometrial cancer consortium. Obstet Gynecol. 2017;129(6):1059-1067.

32 Howie PW. Breastfeeding: a natural method for child spacing. Am J Obstet Gynecol. 1991;165(6):1990-1991.