Les meilleures conditions possible pour allaiter après une césarienne

La césarienne est devenue une intervention bien plus courante ces dernières années. À l’échelle mondiale, entre 1 naissance sur 4 et 1 naissance sur 3 se font par césarienne.1,2 (Elles sont bien plus courantes dans certains pays que dans d’autres.)

Pregnant mum sat back and stroking her baby bump

Certaines femmes voient leur césarienne programmée, alors que d’autres doivent la subir en urgence pour des raisons médicales. On peut donc se demander quelle est l’influence de la césarienne, programmée ou non, sur la lactation et sur l’allaitement. Certaines femmes redoutent l’impact qu’aura la césarienne sur le bon démarrage de l’allaitement.

Il est important de rappeler que les femmes qui accouchent par césarienne peuvent réussir leur allaitement, bien que cela soit plus contraignant en raison de la présentation de l’enfant à la mère décalée dans le temps après l’intervention chirurgicale. Allaiter après une césarienne (ou tirer son lait en cas d’allaitement impossible ou choisir d’uniquement tirer son lait) doit être un choix possible et une expérience au même titre que si vous aviez donné naissance par voie basse.

Mettez votre bébé au sein ou exprimez votre lait dans les premières heures suivant la naissance et de manière fréquente (au moins 8°fois par 24°heures) pour assurer la montée de lait et la mise en place d’une production adaptée.3–5

Voici comment allaiter si vous avez subi une césarienne programmée ou en urgence :

  • Si votre césarienne est programmée, vous avez le temps de vous préparer à vos suites de couches. Vous aurez probablement besoin d’aide à domicile pendant que vous vous remettrez de l’accouchement, pendant que vous cicatrisez et que vous faites connaissance avec votre nouveau-né. Vous pouvez vous reposer sur des membres de la famille et des amis pour vous aider en délégant des tâches du quotidien, voire même en embauchant temporairement une aide à domicile.

N’oubliez pas d’anticiper en abordant avec votre obstétricien ou votre sage-femme le moment privilégié du « peau à peau »6 après la naissance. C’est un moment essentiel où vous faites la connaissance de votre nouveau-né au cours de la première heure suivant la naissance. Vous nouez des liens et commencez à allaiter votre bébé. Il est donc important de l’intégrer, même si ce moment est décalé dans le temps. Le peau à peau doit intervenir le plus tôt possible après la naissance. Vous pouvez placer votre bébé sur votre poitrine immédiatement après la naissance, alors que vous êtes encore dans le bloc obstétrical. Adopté rapidement, le peau à peau avec le nourrisson est propice à la première tétée. 3,7 Il favorise un allaitement prolongé. Si jamais il est impossible d’allaiter, vous pouvez commencer à exprimer votre lait à l’aide d’un tire-lait de qualité hospitalière dans les 3 heures suivant la naissance.4,8

  • Si vous avez subi une césarienne en urgence, vous êtes sans doute fatiguée, somnolente, épuisée, submergée... Prendre votre bébé dans vos bras pour la première fois peut s’avérer difficile. C’est tout à fait normal. Votre santé et celle de votre nouveau-né sont la priorité absolue ! Dans certains cas, le peau à peau peut se pratiquer entre votre partenaire et votre bébé jusqu’à ce que vous en soyez capable. Certains bébés ont besoin d’une assistance respiratoire après la naissance avant que le peau à peau et l’allaitement ne puissent avoir lieu. Souvent, cela se déroule sous l’œil attentif de votre sage-femme ou de votre médecin qui observe votre bébé placé sur votre poitrine alors qu’il prend sa première respiration. Dans le bloc obstétrical, votre bébé sera placé dans un berceau chauffant, séché puis placé peau à peau avec vous ou votre partenaire.

En cas d’allaitement reporté ou impossible après une césarienne dans les heures qui suivent la naissance (du fait d’une naissance prématurée ou d’un transfert en unité de soins intensifs néonatale), il est important de commencer à exprimer son lait. Stimuler les seins avec le tire-lait issu de la recherche Symphony® PLUS™ doté de la technologie INITIATE™ dans les premières heures qui suivent la naissance9–11 permet une montée de lait dans les temps pour assurer une production de lait sur le long terme.

Si vous n’arrivez pas à l’allaiter ou si votre bébé n’arrive pas à bien téter, l’utilisation d’un tire-lait pour exprimer fréquemment le lait (au moins 8 fois par jour) stimulera le tissu mammaire pour enclencher la montée de lait et une production de lait suffisante pour les besoins de bébé sur le long terme.

Positions d’allaitement :

Après une césarienne, vous aurez besoin de temps pour vous remettre de cette intervention chirurgicale abdominale. Pourtant, il vous faudra aussi allaiter votre bébé durant les premières heures suivant la naissance.

En fonction du type d’anesthésie (péridurale, rachianesthésie ou anesthésie générale), vous serez peut-être alitée. Vous aurez peut-être une intraveineuse ou un cathéter limitant vos mouvements pendant quelques heures après la naissance. Demandez à votre sage-femme ou à l’infirmière de vous aider à trouver une position confortable pour le peau à peau avec votre bébé et pour l’allaiter.

Juste après la délivrance, vous serez peut-être épuisée, voire seulement partiellement consciente. Il est normal de recevoir de l’aide et d’être assistée pour ces premières mises au sein. En calant vos coussins ou en inclinant votre dossier selon un angle de 30 à 45 degrés, vous pourrez tenir votre nouveau-né et le positionner sur votre poitrine ou le dessus de votre ventre ou encore adopter une position latérale pour l’allaiter confortablement sans exercer de pression sur la plaie de la césarienne.

Une fois que vous êtes éveillée et que vous pouvez vous asseoir et vous déplacer, vous pourrez essayer différentes positions pour allaiter, comme le ballon de rugby, la position de la madone... Servez-vous d’un coussin d’allaitement que vous poserez sur votre ventre pour maintenir la position. La position allongée sur le côté est très utile elle aussi. De nombreuses mères l’adoptent lorsqu’elles ont suffisamment de place dans le lit pour se sentir en sécurité.

Le saviez-vous ?

Il est important de prendre les médicaments administrés pour soulager la douleur après la césarienne (lorsque vous êtes à l’hôpital) pendant que vous récupérez. Ils sont considérés comme compatibles avec l’allaitement de votre bébé.12 Si cela vous préoccupe, parlez-en à votre sage-femme pour connaître les choix que vous pouvez faire. Vous devez être aussi confortable que possible pendant que vous apprenez à allaiter votre bébé et calmer vos douleurs autant que faire se peut. En effet, un stress et des douleurs intenses peuvent avoir un impact négatif sur l’allaitement et stopper la production de lait.13

Certains analgésiques administrés pendant le travail, peu de temps avant la délivrance, peuvent encore affecter l’état d’éveil de votre bébé quelques heures après la naissance. Il se peut que votre bébé soit ensommeillé, voire léthargique. Si tel est le cas, faites du peau à peau avec votre bébé, guettez des signes de succion instinctive. Si votre bébé s’endort ou s’il ne prend pas bien le sein, évoquez avec votre sage-femme la possibilité d’exprimer votre lait à l’aide d’un tire-lait pour recueillir le colostrum et stimuler la lactation jusqu’à ce que votre bébé tète correctement.

Si l’on vous a administré des intraveineuses pendant le travail et/ou la césarienne, il est fréquent d’avoir les mains et les pieds gonflés après la naissance. Si vous manifestez des signes de pré-éclampsie, il se peut que vos pieds, vos mains et vos mamelons soient légèrement œdémateux (gonflés). Ne vous inquiétez pas, les choses rentrent rapidement dans l’ordre après la délivrance. Si vous utilisez un tire-lait, assurez-vous d’avoir une téterelle de la bonne taille. Contrôlez à nouveau la taille après la disparition de l’œdème.

La montée de lait prend quelques jours. Allaiter immédiatement, régulièrement, jour et nuit toutes les 2 à 3 heures et pratiquer le peau à peau avec votre bébé aident à mettre en route une production de lait abondante. Il est bien compréhensible que l’allaitement après une césarienne puisse être stressant et nécessiter un peu plus de pratique et d’assistance ! Assurez-vous d’en parler à votre sage-femme ou à votre infirmière dès que possible si jamais vous êtes préoccupée.

Une fois que vous et votre bébé êtes de retour chez vous, il sera important d’obtenir de l’aide pour les tâches domestiques du quotidien : les repas, le ménage, le linge et autres. Pendant cette période, vos priorités sont les suivantes : cicatriser de la césarienne, faire connaissance avec votre bébé en pratiquant le peau à peau, prendre un bon départ dans l’allaitement avec l’arrivée de la montée de lait. En vous reposant régulièrement, vous pourrez vous remettre de l’intervention chirurgicale et vous assurer de passer du temps avec votre petit trésor dans vos premiers pas d’allaitement. Ainsi, vous prenez le temps de guetter les signes avec lesquels votre bébé indique qu’il a faim.

L’allaitement malgré la césarienne pose un défi, mais il en vaut la peine. Ainsi, vous fournirez à votre nouveau-né la meilleure alimentation qui soit dès les premiers instants de sa vie.

References
  1. Antoine C, Young BK. Cesarean section one hundred years 1920-2020: the Good, the Bad and the Ugly. J Perinat Med. 2020; 49(1):5–16.
  2. Fröhlich M et al. Differences in rate and medical indication of caesarean section between Germany and Japan. Pediatr Int. 2020; 62(9):1086–1093.
  3. UNICEF, WHO. Protecting, promoting and supporting breastfeeding: The baby-friendly hospital initiative for small, sick and preterm newborns. Geneva, New York: WHO; UNICEF; 2020. 42 p.
  4. Spatz DL et al. Pump early, pump often: A continuous quality improvement project. J Perinat Educ. 2015; 24(3):160–170.
  5. Moore ER, Anderson GC. Randomized Controlled Trial of Very Early Mother–Infant Skin-to-Skin Contact and Breastfeeding Status. J Midwifery Womens Health. 2007; 52(2):116–125.
  6. Niela-Vilen H et al. The golden hour in Finnish birthing units - An ethnographic study. Midwifery. 2020; 89:102793.
  7. Moore ER et al. Early skin-to-skin contact for mothers and their healthy newborn infants. Cochrane Database Syst Rev. 2012; (5):CD003519.
  8. Hill PD et al. Initiation and frequency of pumping and milk production in mothers of non-nursing preterm infants. J Hum Lact. 2001; 17(1):9–13.
  9. Meier PP et al. Breast pump suction patterns that mimic the human infant during breastfeeding: greater milk output in less time spent pumping for breast pump-dependent mothers with premature infants. J Perinatol. 2012; 32(2):103–110.
  10. Torowicz DL et al. Human milk and breastfeeding outcomes in infants with congenital heart disease. Breastfeed Med. 2015; 10(1):31–37.
  11. Post EDM et al. Milk production after preterm, late preterm and term delivery; effects of different breast pump suction patterns. J Perinatol. 2016; 36(1):47–51.
  12. Hale TW. Hale’s Medications & Mothers’ Milk™ 2021. New York, NY: Springer Publishing Company; 2020.
  13. Brown A, Jordan S. Impact of birth complications on breastfeeding duration: an internet survey. J Adv Nurs. 2013; 69(4):828–839.